Mais c’est quoi, être soi ?! Ou seulement ÊTRE tout court, d’ailleurs !!?

Isolée dans une froide pampa centre-Américaine, j’ai croisé les lignes éclairantes de Karlfried Graf Dürckheim, que je vous recommande bien vivement :  L’Esprit guide .

Il s’agit d’entretiens avec Franck Woerly, parus chez Albin Michel.

Karlfried Graf Dürckheim y dessine en toute simplicité la conception de l’humain dans son essence. Il y décrit l’être de chair approchant son expérience du divin. Pour lui, la vie est se sentir triple : Être à la fois l’Essence, le Corps et l’Ego. Ce qui fait osciller l’homme entre le sacré et sa vie dans le réel. Ainsi, dans son existence d’humain, il s’agit d’arriver à se connecter à la part de divin en soi. Ce divin qu’il nomme le numineux.

Pour parvenir à cette connexion, Karlfried Graf Dürckheim, fort d’une expérience Zen de plusieurs années au Japon et d’un centre qu’il créa en forêt noire, où de nombreuses personnalités de son époque vinrent se ressourcer, définit quatre moyens : Se laisser toucher par la nature, se laisser toucher par l’art, la jouissance sexuelle du corps, et l’action de la prière, de la méditation.

D’un premier abord, ses lignes sauraient éventuellement vous repousser si vous les associez injustement à une religion quelconque; il n’est pas du tout fait cas ici de religion, mais juste de sensations. De l’écoute de nos sensations. Et ce fut tout le talent de Karlfried Graf Dürckheim : En les accueillant dans son centre de retraite, il arrivait à faire se rencontrer les gens avec eux-même, au travers de leurs perceptions physiques et celles, plus subtiles, qui viennent du cœur. Il les révélait à eux-même.

Ce petit livre clair porte des clefs directement utilisables par le lecteur. Il encourage à se poser et à se comprendre mieux. Il marqua pour moi un véritable changement de regard sur moi-même et sur l’autre, sur les relations qu’il nous est proposé de bâtir ensemble, et par conséquent, chose importante, sur la compassion, qu’on émet finalement sur autrui à un instant où l’on pourrait se laisser aller à le haïr.

L’esprit Guide fut édité après Le Centre de l’Être (toujours chez Albin Michel).
Tous deux, à mon sens, permettent l’ouverture du regard, mais aussi un premier aperçu de ce qu’est l’ego, qui sait si bien nous contrôler depuis l’enfance. Et c’est en le contemplant mieux, ce petit ego malveillant mais nécessaire, avec humour et humilité, que nous pourrons aborder une vie dans laquelle lâcher-prise, pardon, et compassion œuvreront à nous faire vivre mieux, sans jugement et plus pleinement.


Commandez aisément sur Amazon:
https://www.amazon.fr/dp/2226022619/ref=sxbs_sxwds-stvp_3?pf_rd_p=5d0191a5-ae83-4ee7-a38a-057b2dad9c26&pd_rd_wg=UGNw6&pf_rd_r=EHZEYVZP61WXNGDH9BKF&pd_rd_i=2226022619&pd_rd_w=Usj4a&pd_rd_r=bb0ed69d-bbb0-4ec7-91de-9a62c31dd5ed&ie=UTF8&qid=1544882922&sr=3

https://www.amazon.fr/Centre-lêtre-Karlfried-Graf-Dürckheim/dp/2226060901/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1544882838&sr=1-5&keywords=karlfried+graf+d%C3%BCrckheim