Lorsqu’on a saisi qu’il faut laisser transparaître son soi-véritable, son « être essentiel », son âme, son esprit, son intuition… Pour se diriger plus sereinement dans sa vie et mieux voir les schémas mentaux généralement inconscients qui se jouent devant nous, et même que nous jouons en relation avec autrui, il nous faut du temps pour laisser être cette part de soi , la laisser se révéler.
Alors comment faire ?
Le plus court et sûr chemin vers cet état d’être est la méditation.

Pratique millénaire, elle est une pause dans notre course quotidienne, pour laisser s’étendre un court instant chaque jour notre essence. Laisser celle-ci remonter à la surface de nous-même.
Plus on médite, plus l’exercice est aisé, plus on est habile à gérer les petits tracas de l’existence, qui n’en sont finalement pas.

Méditer, c’est aussi se repositionner dans son présent. Le présent est le seul espace dans lequel nous vivons. Hors, nous passons énormément de temps à ruminer des histoires du passé, d’hier, … Ou à prévoir et planifier des événements futurs ; nous sommes, notre esprit est, rarement dans le présent ! Dans l’instant ! Réfléchissez-y…
Mais le futur n’est pas encore là, et le passé est révolu. La vie ne se déroule que là, maintenant, au présent, instant après instant ; et nous n’y prenons pas garde. Nous la ratons ! La méditation, en nous concentrant sur l’ici et maintenant, nous repositionne dans notre corps, consciemment dans le moment. Et cela est libérateur et apaisant. Pleinement. Magiquement.

Le processus :
[ Il est une méprise d’abord que je voudrais souligner : « méditer », ce n’est pas « méditer sur » un sujet. On ne parle pas de cela ici. Lorsque j’emploie le terme « méditer », je parle de « faire le vide en soi ».]
Faire le vide, c’est arrêter de penser : Stopper dans sa cervelle le défilement des idées (ce qu’on va manger ce soir, les mots désagréables que nous a envoyés notre collègue, la santé de papa, la disparition du chat…) STOP. Faites le vide, Arrêtez de penser.
Ce qui est très difficile au début, puisque nous avons été éduqués, dans notre monde occidental, à utiliser le plus possible notre mental. C’est une gymnastique à pratiquer, comme la musculation.
–> Le mieux est d’avoir 20 minutes au moins pour soi, dans un endroit calme.
S’asseoir sur une chaise (nous ne sommes pas Asiatiques ; nos articulations ne sont pas habituées à être si flexibles depuis l’enfance, que celles de nos cousins Asiatiques!).
S’asseoir simplement, le plus confortablement . Si c’est au fond du siège, un coussin qui soutient les reins et le dos sera confortable. Observer un angle droit pour le dos, et un même angle droit pour plier les genoux.
Dos droit. Pieds bien à plats sur le sol. Jambes un peu écart. Les épaules sont relâchées mais le dos reste droit sans être rigide. Les mains sur les genoux ou les cuisses, bras relâchés également.
Détente. La position doit être confortable, sans crispation.
Alors, on ferme les yeux.
On se concentre sur les sensations de l’instant. Sur les ressentis du corps.
Dans ce silence, on ferme nos oreilles aux bruits infimes de l’extérieur, et on éteint le ronronnement de la pensée. Cette pensée qui revient sans relâche, tant on est habitué à l’avoir en voix off. Ne pas se décourager, lui fermer son clapet, encore et encore, pendant ces 15 minutes de repos.
Se focaliser sur sa respiration, le cœur qui bat. Apaiser ce cœur et ce souffle peu à peu, jusqu’à ce qu’ils deviennent fins et presque imperceptibles.
On se surprend à penser à quelque chose ? Aux courses à faire demain ? STOP. On revient à la respiration, aux battements réguliers de ce cœur fabuleux dont on ignore encore aujourd’hui la cause de la vitalité. Concentré. Dans le silence. Être là. Assis dans la plus simple des positions du corps. Conscient pleinement dans notre attitude. Posé. Livré. A l’écoute de ce corps prodigieux, garant de nos expériences les plus folles.
Voir comme il est beau. L’écouter encore. Sentir le sol sous la plante des pieds. Entendre un gargouillis de l’estomac. Percevoir le cœur dans les tempes…
… Et très vite, l’alarme tinte. 15 minutes. 15 petites minutes de pose, qui suffisent chaque jour, semaine après semaine, à autoriser notre être intérieur à juste exister. Exister peu à peu pour le laisser au bout d’un temps prendre les rênes de notre personnalité, et donc devenir plus sage, plus calme, plus enjoint à prendre de la distance sur les événements, et ainsi laisser glisser les piques qui pourraient nous blesser et/ou nous faire réagir en pression . Toute la magie est là ! Plus on s’écoute au fond de soi, plus on pourra se détacher des peccadilles qu’on croyait dramatiques. Relativiser.

Il fut démontré scientifiquement que la méditation régulière aide l’humain à réduire son stress de façon significative, tant et si bien qu’il gère mieux ses émotions, ses angoisses, sa relation à autrui, la douleur et la maladie. Elle améliore même l’efficacité de son système immunitaire.
En 1979, le professeur en biologie moléculaire Jon Kabat-Zin fonde la Clinique de Réduction du Stress et Le Centre de la Pleine-conscience en Médecine, à l’université de médecine du Massachusetts. Y est toujours proposé depuis un programme de 8 semaines qui combine yoga et méditation, pour soutenir les patients et les aider à vaincre leurs angoisses, leurs douleurs et la maladie, pendant leurs soins.

Jon Kabat-Zin pionniers en occident, a écrit de nombreux ouvrages, dont un en collaboration avec le psychiatre Christophe André, le moine Bouddhiste Matthieu Ricard et le philosophe Pierre Rahbi, que vous connaissez sans doute :
Se Changer, Changer le Monde , ici:
https://www.amazon.fr/Se-changer-monde-proposent-solutions/dp/2913366597
Car, en devenant plus apaisé, moins en réaction au monde, moins agité, … On se change. Et ainsi, chacun contribue à changer l’humanité toute entière.

Vous trouverez des conférences et des liens Youtube sur Jon Kabat-Zin, parfois traduits en Français.

Matthieu Ricard nous parle de la méditation en Français, lui, ici dans l’Express (Oct2008) :
https://www.lemonde.fr/vous/article/2008/10/21/matthieu-ricard-demystifier-la-meditation_1109383_3238.html

Et dans une vidéo de 30mn, dans laquelle il nous donne ses conseils avisés :
https://www.youtube.com/watch?v=frjs_w6-KOI
(Pourquoi méditer à la 8.10 mn)
Cette vidéo est une partie de son site-guide nommé Imagine Clarity, pensé comme des chapitres d’entretiens avec le moine, dans lesquels il nous suggère des réflexions sur le bonheur, la compassion, l’ego, etc. On s’abonne à ces vidéos moyennant un paiement qui finance les bienfaits de Matthieu Ricard au Népal, dans la communauté de Shéchèn.
https://www.imagineclarity.com/fr/

Outre Matthieu Ricard, en France, c’est Christophe André, le Psychiatre, qui encourage à la méditation et qui l’utilise comme soutien pour traiter ses patients.Auteurs de nombreux ouvrages sur le sujet, dont La Vie Intérieure , il a également enregistré des fichiers audios de méditations guidées, pour aider les débutants. En voici un de 16 mn :

Il existe peut-être un groupe de méditation dans votre commune ?! Renseignez-vous. Dans les dojos où sont pratiqués les arts martiaux, il peut être proposé des séances guidées en petit comité.
C’est encourageant et ça permet une initiation accompagnée.

Je vous encourage à essayer.
Plusieurs fois.

Au moins se poser 10mn sans penser. Pour vous. Pour votre bien.
Magiquement, la méditation change radicalement votre façon de percevoir le quotidien. En mieux.

Bien se souvenir que rien n’est fait pour nous enfoncer ; la Vie ne nous propose que ce qui est bon pour nous, sur un plan large.
On peut avoir confiance.